Les dysfonctions sexuelles

Les consultations en santé sexuelle recouvrent un large éventail de situations.

Les dysfonctions sexuelles féminines les plus fréquentes sont :

  • les modifications de la vie sexuelle en pré et post-partum
  • la perte du désir
  • l’anorgasmie
  • les douleurs périnéales : dyspareunies ( pouvant permettre une pénétration) et vaginisme ( ne permettant aucune pénétration)

Les dysfonctions sexuelles masculines les plus fréquentes sont :

  • les douleurs pendant le rapport
  • l’éjaculation prématurée
  • l’ anorgasmie
  • les troubles du désir
  • les dysfonctions érectiles

Une écoute attentive, sans jugement, permet de les identifier.

Les difficultés conjugales sont toujours à prendre en compte dans le cadre d’une dysfonction car elles peuvent en être la cause ou la conséquence.

Des réponses possibles par la sage-femme :

L’information ou éducation sexuelle

La sage-femme informe sur l’anatomie, le cycle menstruel, l’identité et l’orientation sexuelle et les réponses sexuelles. En effet, se connaitre soi-même est un point de départ essentiel pour envisager une relation vers l’autre.

Elle joue un rôle majeur de prévention des infections sexuellement transmissibles et des grossesses non désirées.

La rééducation uro-gynécologique

C’est en pratiquant la rééducation uro-gynécologique que, peu à peu, les problèmes sexologiques sont évoqués par les patientes quand ils existent et les traitements physiques prescrits pour l’incontinence urinaire ont très souvent des conséquences sur la sexualité des femmes.

Après un accouchement, il peut exister des douleurs périnéales liée à la cicatrisation d’une déchirure ou épisiotomie Certaines patientes vont parfois fabriquer une cicatrice de couleur rosée , rouge ou brune , volumineuse , épaisse et sensible.

En gynécologie, il s’agit plutôt de frigidité ou anorgasmie.

Grâce à quelques séances de rééducation, une amélioration est possible.

L’haptonomie permet de découvrir l’importance du toucher affectif et la capacité à restaurer en nous la sécurité affective qui a pu nous manquer. Elle repose sur sur la notion d’un attachement sécurisant. En effet, l’attachement est présent dans tout lien affectif fondé sur une recherche de sécurité physique et psychique, de stabilité et d’apaisement dans la relation à l’autre. Il en constitue l’une des composantes majeures tout au long de la vie et se retrouve, bien évidemment, dans la relation amoureuse.